Le 5@8 éco-fashion et réseautage d’affaires du Plateau

vc-networking-cover

Le jeudi 13 octobre dernier s’est déroulée une rencontre de réseautage un peu particulière dans les locaux du Plateau de l’agence immobilière Via Capitale du Mont-Royal.

img_1150

Dans un 5@8 éco-fashion et réseautage d’affaires, les professionnels de tous domaines confondus étaient conviés à jaser et à faire de belles trouvailles vestimentaires de manière éco-responsable.

ecocourtier-reseautage-plateau

À l’origine de ce concept peu commun chez Via Capitale du Mont-Royal, notre courtière éco-responsable, Hélène Chebroux. Femme d’affaires, femme de mode et femme engagée dans le développement durable, nous avons voulu en savoir davantage sur elle et sur son événement.

58-eco-fashion

D’où t’es venue l’idée d’un tel événement?

J’ai toujours adoré organiser des évènements de réseautage, qu’ils soient formels ou informels, car ils permettent à une communauté de se retrouver, d’échanger et de partager sur différents sujets, et en général sur une même vision de la vie et des affaires, en plus de permettre à ses membres d’élargir leur réseau de contacts. La conscience citoyenne étant au cœur de mes valeurs, de celles de mon réseau en général, et de Via Capitale, j’ai voulu associer les différents domaines dans lesquels je suis investie, à savoir l’immobilier durable et la vente de vêtements de seconde main, et les relier par cette ligne directrice qu’est l’éco-responsabilité. Consommer responsable, que l’on parle de s’habiller au quotidien ou de l’achat d’une maison via la sollicitation des services d’un courtier immobilier, c’est finalement la même chose, il s’agit de faire des choix de consommation éthiques et cohérents.

58-eco-fashion-4

Où déniches-tu tes perles vestimentaires de seconde main?

J’ai découvert la vente de seconde main en 2009, à l’époque c’était beaucoup moins développé et les gens étaient un peu moins conscientisés. Il faut savoir qu’il y a encore beaucoup d’a priori sur cette pratique, et en parallèle de désinformation par rapport aux pratiques plus standard de consommation de vêtement; notamment des gens qui n’aiment pas ‘’porter un vêtement qui a déjà été porté’’ : mais savent-ils que les vêtements neufs qu’ils achètent dans les grandes enseignes de ce monde sont bourrés de produits chimiques qui sont extrêmement nocifs pour leur santé ? Sans compter que l’argent (et en général un bon montant) qu’ils donnent à ces mêmes grandes enseignes va probablement non seulement encourager le fast-fashion, qui ne respecte ni l’humain ni l’environnement dans ses processus de fabrication, mais pire, enrichit de gros groupes et contribuent à affaiblir l’économie locale. Choisir un vêtement de seconde main, c’est effectivement contribuer à faire tourner son économie locale, et c’est avoir la certitude d’où provient le vêtement également, donc la transparence est au rendez-vous.

Pour ma part, j’aime les pièces uniques, particulièrement vintage, qui ont une histoire, un vécu. J’en ai ramené beaucoup d’Europe mais j’en ai également trouvé beaucoup ici dans les friperies à Montréal et via d’autres filles qui vendent leurs vêtements pour renouveler leur garde-robe. Je rencontre beaucoup de filles via les vide-dressing au jour le jour, car je m’entoure de personnes qui consomment avec le même souci d’achat éthique que moi, et je prend un véritable plaisir à savoir d’où vient l’item, quel est son passé, possiblement comment il a été fabriqué. De plus en plus de gens passent par les réseaux sociaux depuis ces dernières années pour acheter leurs vêtements de particulier à particulier, et c’est une tendance dont je ne peux qu’être très satisfaite.

vitrine-ecologique-reseautage-plateau

Comment intègres-tu l’écologie dans tes pratiques immobilières?

Je tiens à exercer mes pratiques de courtage immobilier selon mes valeurs, soient l’intégrité, l’éthique, la transparence et le souci de l’humain et de l’environnement. Je pose au jour le jour des actions qui permettent de me catégoriser comme courtier éco-responsable, notamment : réduire ma consommation de papier notamment en utilisant la signature électronique, encourager l’utilisation du transport communautaire et du vélo, fournir à mes clients des références comme des entrepreneurs, architectes et inspecteurs qui travaillent également en respectant l’environnement, informer mes clients sur les différents projets d’habitations vertes qui voient le jour, leur donner des informations sur l’efficacité énergétique de leur maison, les conseiller quant à d’éventuelles rénovations écologiques ainsi que les différentes subventions et avantages financiers offerts par le gouvernement à cet effet. Et surtout leur fournir toutes ces données avec la transparence et l’intégrité la plus absolue.

 

Quel(s) conseil(s) peux-tu donner aux montréalais pour réduire leur impact sur l’environnement?

Comme je le soulevais plus haut, réduire son impact environnemental est avant tout un ‘’mindset’’ à intégrer à son mode de vie. Plus les montréalais seront informés, mieux ils comprendront que leurs choix de vie et de consommation sont liés de près à leur santé, à celles de leurs enfants, et à l’environnement qui les entourent. Si l’on désire vivre dans un monde meilleur, alors c’est à nous de faire en sorte qu’il devienne meilleur. Il ne faut surtout pas être défaitiste et se dire que l’on a aucun impact, car c’est faux, nous en avons bel et bien un : consommer, c’est voter; ne serait-ce que dans nos petits achats de tous les jours et dans nos choix de vie les plus basiques, nous contribuons à changer petit-à-petit notre système basé sur l’ultra-performance, la production de masse et le profit à outrance. Choisir un produit local versus un produit issu de la production de masse et d’une grosse enseigne et qui a voyagé sur 3 continents avant de se rendre à nous, c’est déjà une grande avancée. Alors oui, s’informer et poser de petites actions au jour le jour reste le meilleur conseil que j’aurais à leur donner.

58-eco-fashion-3

Quels conseils à donner aux propriétaires pour rendre leur maison plus écologique?

Faites appel à des fournisseurs de choix pour vos rénovations : que l’on parle de peinture, d’isolation ou de système de plomberie, il est important de choisir des matériaux durables qui vous rapporteront beaucoup sur le long terme. N’hésitez pas à consulter les pages vertes d’ÉcoHabitation qui représentent une ressource incontournable en la matière. De plus, assurez-vous d’entretenir comme il faut votre propriété, d’ajouter des plantes, d’aérer, d’avoir un système de climatisation le plus naturel possible, et elle vous le rendra au centuple. Vous profiterez vous-même d’un espace de vie sain, auquel les acheteurs potentiels seront également sensibles lorsque viendra le temps de mettre votre propriété à vendre sur le marché immobilier !

Visitez le site web d’Hélène Chebroux pour plus d’informations !