Chroniques Radios

Foyers au bois et Grande Guignolée des Médias, quelques gestes attentionnés pour la planète.

Chronique Immobilière – 1 décembre 2015

Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on profite des discussions sur les changements climatiques menées autour de la COP21 pour vous rappeler qu’il ne vous reste plus que quelques jours pour faire votre geste pour l’environnement… déclarer votre poêle à bois! Une fois cette responsabilité citoyenne remplie, nous vous invitons à contribuer au bonheur des plus démunis en cette période de fêtes à l’occasion de la Grande Guignolée des Médias 2015.

 

Restriction sur les foyers au bois

Au départ programmé pour 2020, le règlement autour de l’usage des foyers au bois a été avancé à 2016. Vous avez donc jusqu’au 22 décembre 2015 pour déclarer à la ville de Montréal le modèle, l’année et le nombre de particules que votre foyer au bois émet.

La déclaration peut être faite via un formulaire en ligne sur le site de la ville de Montréal ou directement sur place.

Toutes les références techniques de votre foyer sont disponibles sur le certificat d’achat.

Si votre l’appareil était déjà sur place lors de l’emménagement, il faudra alors déclarer l’année d’acquisition de votre propriété. Toutes les réponses aux questions que vous vous posez sont consultables dans la section Foire aux questions du site de la ville de Montréal.

 

Les normes de la ville de Montréal

Par souci de respect de l’environnement, la norme interdit la possession d’un foyer au bois émettant plus de 2,5 grammes de particules par heure, à compter du 1er octobre 2018. Si c’est votre cas, il est de votre responsabilité de conformer votre appareil de chauffage ou d’opter pour un foyer au gaz ou au propane.

Deux cas extrêmes s’appliquent néanmoins à cette réglementation. L’utilisation des foyers au bois est autorisée dans une situation de panne électrique de plus de trois heures, même si votre poêle à bois ne répond pas aux standards en vigueur.

Au contraire, l’usage d’appareils à combustible solide est totalement interdite lors d’avertissements de smog hivernal, que votre foyer soit adapté à la norme ou non.

 

La Grande Guignolée des Médias 2015

Cette année, on s’allie à cette belle cause pour rendre Noël plus féerique auprès des plus nécessiteux. Nos courtiers solliciteront votre générosité jeudi le 3 décembre entre 10h et 14h. Retrouvez-les au coin de l’avenue du Parc et de l’avenue du Mont-Royal ainsi qu’à l’intersection du boulevard Saint-Laurent et de la rue Sherbrooke.

Vous avez aussi la possibilité d’apporter vos denrées non périssables aux bureaux de Via Capitale du Mont-Royal situés au 1152 avenue du Mont-Royal Est.

On compte sur vous!

 

Les règles d’or pour une transaction immobilière triomphante et sans surprise

Chronique Immobilière – 24-11-2015


Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on analyse quelques uns des éléments qui doivent être divulgués par les courtiers et les propriétaires lors d’une transaction.

Ce sujet, encore trop méconnu auprès des acheteurs, a fait l’objet d’un dossier spécial dans le journal Les Affaires en collaboration avec l’Organisme d’Autoréglementation des Courtiers Immobiliers du Québec (OACIQ). L’article “Des courtiers qui soignent leurs devoirs” plus particulièrement, met en évidence un aspect essentiel du code déontologique stricte que chaque courtier immobilier se doit de respecter.

Entre autres, les courtiers ont pour obligation de vérification, de conseil et de divulgation de toutes informations pouvant affecter la valeur d’une propriété. Toutes les informations fournies par le vendeur doivent être consignées dans le formulaire de Déclarations du vendeur sur l’immeuble. Si il y a un refus de la part du propriétaire, le courtier se doit de refuser à son tour de prendre le contrat de courtage et donc de démarrer une entente de vente. Le respect de la transparence lors d’une transaction immobilière est capitale puisqu’elle garantie la protection des acteurs impliqués et permet également à cette dernière d’être fructueuse et sans obstacle.  

 

L’avis de divulgation de suicide ou de mort violente, obligatoire au Québec depuis novembre 2013

L’anecdote à l’origine de cette obligation fait suite au refus de divulgation, de la part d’un propriétaire, qu’un double suicide c’était produit dans la maison qu’il souhaitait vendre. Tous les courtiers ayant refusé de poursuivre la vente si il continuait à cacher ce drame, le propriétaire a décidé de mettre son habitation en vente par lui-même. Peu de temps après avoir acheté, les nouveaux acquéreurs apprennent par un voisin la vérité sur le passé mouvementé de leur maison. Affirmant qu’ils n’auraient jamais accepté d’acheter la propriété si ils avaient su avant, ils poussent l’ancien propriétaire en Cour supérieure et gagnent gain de cause. Depuis ce cas, il est obligatoire de signer un contrat de divulgation d’un suicide avant de mettre sa propriété en vente.

En s’assurant que les formulaires et les contrats soient remplis en toute honnêteté par les propriétaires, le courtier garantit la vente et l’achat de la propriété en connaissance de cause.

 

Autres exemples d’éléments devant être divulgués

Toujours dans un souci d’effectuer une transaction immobilière dans les meilleures conditions possibles, les cas de fourmis, souris et d’inondations doivent être déclarés.

La présence de fourmis dans une maison est en effet une information essentielle à savoir puisqu’il peut s’agir de fourmis charpentières et donc mettre en péril la fondation même de la propriété.

La présence de souris doivent aussi être annoncée pour la simple et bonne raison que la phobie des souris est très commune et peut mettre très mal à l’aise les occupants de l’habitation voire les plonger dans une véritable psychose.

Des situations d’inondations dans le sous-sol par exemple doivent également être déclarées. La divulgation vous protégera à titre de vendeur si une autre inondation mais provenant d’une autre problème survient dans le futur.

Ainsi, mettre les points sur les i dès le départ et annoncer les véritables conditions de l’achat facilite la vie et évite les mauvaises surprises pour chacune des parties!

Propriétaires, locataires et courtiers, quels sont vos droits et devoirs lorsqu’une habitation avec logement est mise en vente?

Chronique immobilière – 17-11-2015

Via Capitale du Mont-Royal, agence immobilière sur le Plateau-Mont-Royal

Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on explique la délicate situation dans laquelle propriétaires, locataires et courtiers peuvent de retrouver lorsqu’une décision de mettre en vente une maison contenant des logements à louer est prise.  

 

À Montréal, ville de locataires par excellence, la vente d’un immeuble avec des hébergements est courante. Dans une telle transaction impliquant propriétaires, locataires et courtiers, comment faire valoir les droits de chacun ?
En suivant un code déontologique précis, le courtier se doit de traiter équitablement toutes demandes provenant autant des locataires que des propriétaires. Il doit dans un premier temps communiquer avec les occupants du logement et les informer du souhait de vente du propriétaire. Le rôle ultime du courtier est de s’assurer du bon déroulement de cette transaction pour les deux parties. Si les relations entre propriétaire et locataire sont déjà tendues, le courtier se positionne alors comme médiateur et essaye au mieux d’apaiser la situation.

La plus grosse ambiguïté dans ces circonstances est de coordonner les visites dans des logements encore occupés par les locataires qui n’ont pas leur mot à dire sur la vente. Bien que dans la plupart des cas la collaboration soit fructueuse, certains locataires éprouvent une certaine réticence à laisser entrer des inconnus dans ce qui est encore leur chez-soi.

L’intervention du courtier est alors essentielle. Avec le locataire, ils se mettent d’accord sur des droits de visite, moyennant un préavis de 24 heures établi par la loi. Il est du devoir du locataire de se plier face à la décision de vente du propriétaire. Il est aussi de son devoir d’autoriser des visites et de fixer des horaires avec le courtier.

Dans les faits, cette étape se déroule bien. Certains locataires laissent même les clés de leur logement si une visite est programmée alors qu’ils ne seront pas présents. Le souci premier du courtier est alors d’établir une relation de confiance avec le locataire.

Dans un scénario opposé, un locataire peut se considérer comme victime ou ne pas être satisfait de la manière dont les choses se déroulent. Dans le cas présent, c’est son droit de demander recours. Soit directement via le dirigeant de l’agence immobilière, soit via l’Organisme d’Autoréglementation du Courtage Immobilier du Québec (OACIQ).    

 

La mise de fonds est-elle vraiment la solution?

Chronique Immobilière – 10-11-2015

Chronique Immobilière - 10-11-2015

Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on éclaircit le dilemme auquel de nombreux acheteurs doivent faire face. Est-il plus sage d’attendre l’obtention des 20% de mise de fonds ou peut-on acheter en assurant notre prêt ? Selon l’Association Professionnelle des Notaires du Québec, la mise de fonds correspond à la portion du prix d’achat de la propriété qui provient de nos économies. Cela étant dit, l’alternative revient à se demander si il est plus judicieux de rassembler suffisamment d’économies ou plutôt de bien assurer son prêt avant d’acheter une nouvelle propriété.  

 L’avis du coach immobilier Ghislain Larochelle

Au début du mois d’octobre est paru dans le Journal de Montréal un article du coach immobilier Ghislain Larochelle expliquant les raisons pour lesquelles il est préférable d’arrêter de payer 20% en mise de fonds. Son approche montre, qu’il apparaît plus avantageux de se lancer dans l’achat d’une propriété au moment où vous en avez envie et ce quelle que soit la mise de fonds. En effet, deux variantes font que dans tous les cas, on paiera plus cher puisqu’on a d’un côté l’augmentation du prix des propriétés et de l’autre la potentielle augmentation des taux d’intérêt.

 

Le placement d’argent en mise de fonds, la bonne solution?

Même si tout porte à croire que plus l’on met de l’argent en mise de fonds et plus on allège son hypothèque, il s’avère que dans le contexte sociétal actuel, cette mesure n’est pas toujours fructueuse. L’exemple d’une maison à Montréal d’une valeur de 300 000$ aura une valeur ajoutée de 12 000$ quatre ans plus tard. Ainsi, miser sur la mise de fonds revient à prendre le risque de voir la valeur de la maison augmenter de même que le taux d’intérêt qui peut facilement passer de 2,5 à 4%.

 

Rappel

Le 20% requis pour l’achat fait référence à la loi canadienne des banques qui régit que la banque doit se tourner vers une autre entreprise pour assurer le prêt si le futur acheteur ne dispose pas du 20%. Ce prêt assurer par la Société Canadienne d’Hypothèques et de Logement (SCHL) constitue un filet de sécurité pour les banques et permet d’éviter les risques de faillite. Cette réglementation dans l’octroi des prêts est donc essentielle si l’on veut éviter les dérapages.  

Il faut se souvenir que l’acquisition d’une propriété est un placement qui va toujours rapporter. Il s’agit d’un investissement sur le long terme dans lequel il est bon de se lancer, notamment de nos jours, alors que le marché d’acheteurs présente un large choix.

Chronique immobilière: Walk Score et prix des propriétés


Chronique ImmobilièreCette semaine à l’émission
Les Oranges Pressées sur CIBL, on parle de la “marchabilité” des quartiers et de l’impact sur le prix des propriétés au Québec. 

On sait que la proximité des stations de métro peut être un choix décisif dans l’achat d’une propriété à Montréal. Mais quand est-il de la “walkability”, c’est-à-dire de l’accessibilité piétonne aux principaux services?

 

Walk Score

Le Walk Score est un site internet prenant en considération cette notion de proximité. Le principe est d’inscrire une adresse et le site se charge de calculer la distance de marche par rapport à 13 unités. Le Walk Score prend en compte les supermarchés et les magasins d’alimentation, les cafés, les cinémas, les parcs, les librairies, les pharmacies, les restaurants, les bars, les écoles, les bibliothèques, les centres de conditionnement physique, les quincailleries et les magasins de vêtements et de musique. Mais il ne s’intéresse pas aux métros ou lignes d’autobus.

On obtient alors une valeur entre 0 à 100 symbolisant les distances de marche séparant une adresse donnée de ces différents emplacements.

Plus la mesure est proche de 100, plus la propriété est à une distance raisonnable des principaux services et plus elle prend de la valeur. À titre d’exemple, le Plateau-Mont-Royal a un indice Walk Score de 98 et Hochelaga-Maisonneuve de 88.  

 

Impact du Walk Score sur les prix des maisons et des copropriétés

Dans une récente étude, La Fédération des Chambres immobilières du Québec s’est intéressée aux cotes du Walk Score dans trois régions Métropolitaines de Recensement (RMR): Montréal, Québec et Gatineau. L’analyse révèle que quelle que soit la région, les copropriétés ont une valeur Walk Score plus élevée que les propriétés unifamiliales.

La même étude met également en évidence la corrélation entre le prix élevé de l’immobilier et la proximité piétonne des commerces. L’impact est d’autant plus significatif si l’on se situe dans la région de Montréal avec une hausse de prix de à 0,21% sur la copropriété. Ainsi, un Walks Score élevé donne de la valeur à une propriété, et ce davantage si l’on se trouve à Montréal plutôt qu’à Québec ou Gatineau.  

 

Bike Score

Il est aussi possible de calculer le Bike Score, à savoir la cote pour l’accessibilité cycliste. Cette dernière est calculée à partir de l’accès à des pistes cyclables, voies réservées, élévations et destinations accessibles.

 

Impact positif sur les prix?

La tendance actuelle porte à croire que le Walk Score aura un impact positif sur le prix des propriétés puisque le choix des acheteurs est de plus en plus influencé par la proximité des commodités essentielles.

Chronique immobilière: Maisons hantées et chasseurs d’esprits

Chronique Immobilière: HalloweenCette semaine dans l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on revient sur le succès de l’événement de citrouilles de samedi passé et on parle d’un service de plus en plus répandu aux États-Unis, le balayage d’esprits.

L’événement annuel de citrouilles a été une fois de plus un vrai succès! Vous avez été nombreux à apporter vos dessins et à oser approcher les reptiles de la ferme Reptizoo. Tous les dessins sont désormais disposés dans les vitrines des bureaux et les photos de la journée sont visibles en ligne.

Les “Spirits Sweepers”

Il n’y a pas si longtemps, les nouveaux propriétaires demandaient la bénédiction d’un prêtre pour protéger leur propriété des mauvais esprits. À quelques jour de l’halloween, le magazine américain Inman News, dévoile la pratique d’un phénomène identique actuellement tendance sur le marché de l’immobilier aux États-Unis. Il s’agit du “nettoyage” ou “balayage d’esprits” dans les maisons. Cette solution en pleine expansion chez nos voisins américains est envisagée lorsqu’un courtier rencontre de la difficulté à vendre une propriété entourée par une mauvaise énergie. Il est également déjà arrivé à de récents acquéreurs de faire appel à des services de “balayage d’esprits” pour chasser les mauvaises âmes hors de la maison.

Histoires sombres

Faire fuir les ondes négatives des habitations, l’américain Jay Quinn en a fait son gagne-pain. Au départ guérisseur, il a développé des pratiques de croyances énergétiques pour venir à bout des sinistres souffles planant sur des propriétés. Un propriétaire d’un château aux États-Unis a ainsi demandé son expertise dans le domaine pour purifier sa maison et rendre l’espace de nouveau vivable. Les services de Quinn ont été d’une telle efficacité que le propriétaire a décidé d’annuler la vente de sa demeure.
Un cas similaire s’est produit à San José en Californie. Les nouveaux acquéreurs d’une propriété sont les victimes d’événements dignes d’un film d’horreur dans leur propre maison. Paniqués et incapables de fermer l’oeil, leur courtière contacte un traqueur d’esprits pour dépurer leur propriété.
Cette pratique émergente aux États-Unis fera-t-elle son arrivée au Québec comme le phénomène du home staging?

 

Retrouver Nathalie Clément et toute l’équipe de Via Capitale du Mont-Royal à leurs deux adresses non hantées :

1152, avenue du Mont-Royal Est

2395, rue Beaubien Est (sur rendez-vous)

 

Écoutez la chronique ici 🙂 et Joyeuse Halloween !

Fête des citrouilles et bilan sur le marché de l’immobilier post élections

Via-Capitale-Chronique immobiliere-oct20-2015

Cette semaine, on fait le point sur l’impact du résultat des élections sur le marché de l’immobilier et on vous parle de notre événement annuel de l’halloween.

Quels sont les enjeux du nouveau gouvernement libéral majoritaire pour le marché de l’immobilier ?

La fin de la période électorale annonce le retour à un état de stabilité. Cette phase de campagne n’est pas considérée comme le meilleur moment pour précéder à un achat important. Souvent, les acheteurs sont entourés d’incertitudes et sont hésitant à faire l’acquisition d’une propriété. D’ailleurs, dès l’annonce des élections, leur confiance baisse, comme le signale l’indice de confiance des consommateurs qui a diminué de deux points en août et de huit points en septembre. Les élections maintenant derrière nous, les conditions sont propices à un achat en toute tranquillité. De plus, le parti Libéral n’ayant pas fait de promesses particulières concernant l’accession à la propriété, il n’y a pas d’impacts majeurs à prévoir à court terme, mais plutôt un retour à un équilibre du marché de l’immobilier.   

La fête des citrouilles dans les locaux de Via Capitale du Mont-Royal

Pour une 19ème année consécutive, la traditionnelle fête des citrouilles invite les enfants à venir à l’agence avec leurs dessins de maisons et à recevoir en échange une citrouille !
Cette célébration se veut aussi une fête de quartier et une fête familiale où petits et grands passeront du bon temps.

Les festivités se dérouleront le samedi 24 octobre à partir de 10h aux deux adresses de l’agence Via Capitale du Mont-Royal, l’une est située au 1152, avenue du Mont-Royal Est et la plus récente est localisée au 2395, rue Beaubien Est, en face du cinéma Beaubien.

Sur place, un choix parmi 1000 citrouilles et une ferme de reptiles avec serpents et araignées que les enfants pourront toucher et se familiariser avec ces bestioles qu’ils n’ont pas l’habitude de voir. Les animaux seront présents entre 10h et 14h, mais les citrouilles et dessins sont en vigueur jusqu’à épuisement des provisions !

Tous les renseignements sont sur la page facebook de l’événement, on vous donne rendez-vous samedi 24 pour s’amuser ensemble !

Chronique immobilière: Visite libre de trésors de l’immobilier

VC-Via-Capitale-Chronique immobiliere-oct14-2015

Cette semaine, on parle d’une activité intéressante, la visite libre de onze maisons d’exception le dimanche 18 octobre. Ces perles de l’immobilier québécois se distinguent par le travail de professionnels auxquels elles ont été soumises. Refaites, redésignées ou rénovées, elles sont passées entre les mains d’architectes et de designers pour les rendre extraordinaires.

Le projet ART par Via Capitale

Cette gigantesque visite libre s’inscrit dans le projet ART (Authentique, Respectable et Technologique) par Via Capitale. L’activité propose un tour d’horizon de quelques-unes des propriétés les plus originales de Montréal, en faisant également un arrêt par Saint-Antoine-sur-Richelieu, en Montérégie. À Montréal, des maisons, copropriétés, penthouse, condominiums ou lofts seront accessibles dans des quartiers tels que Hochelaga-Maisonneuve, le Vieux-Montréal, le Quartier Latin, le Plateau Mont-Royal ou encore la Petite Italie. Bien qu’unique en leur genre, chacune des propriétés a été rénovée ou construite dans un souci écoresponsable en mettant l’emphase sur l’écoénergie. Panneaux solaires ou système de récupération des eaux grises, les propriétés sont caractérisées par des composantes technologiques et des matériaux haut de gamme, utilisés avec beaucoup de goût.

Architectes, designers, propriétaires et courtiers

Sur place seront présents les architectes, les designers, les propriétaires des demeures et les courtiers pour répondre aux questions et fournir des informations pertinentes.

Cette visite s’adresse à ceux qui se cherchent une maison rénovée et écologiquement responsable, à ceux à la recherche d’idées de rénovation ou tout simplement aux amateurs de belles maisons.

La liste des perles à visiter le dimanche 18 octobre de 14 h à 16 h est disponible sur le blogue de Via Capitale du Mont-Royal ou sur la page Facebook.

 

Écoutez la chronique immobilière ici

Tout savoir sur la copropriété

Via-Capitale-Chronique immobiliere-oct-2015Cette semaine, on vous fait découvrir une ressource ludique et très bien structurée qui répondra à toutes vos questions concernant la copropriété. Il s’agit du site internet La Copropriété, unique plateforme au Québec rassemblant l’expertise de neuf ordres professionnels et organismes d’autoréglementation du secteur immobilier.

Lancé en juin 2015, la création du site fait suite à une demande du Ministère de la Justice et de la Chambre des Notaires du Québec de fournir des réponses aux questionnements grandissants sur la copropriété.

Pourquoi la nécessité d’un tel site?

L’avènement de la copropriété à Montréal est récente d’à peine trente ans et se justifie par trois principales raisons.

Premièrement, la montée des prix de l’immobilier a favorisé la division des propriétés en copropriétés.

Deuxièmement, l’augmentation du nombre de la population a obligé les constructeurs à bâtir en hauteur.

Troisièmement, cette expansion incessante continue de faire aujourd’hui de la copropriété un mode d’habitation populaire en plein essor. Il s’agit d’une tendance immobilière à part entière dans le quotidien montréalais face à laquelle le gouvernement du Québec s’est inquiété du manque d’informations sur ce sujet. D’où la création en 2012 d’un groupe de travail sur la copropriété qui a ensuite abouti à la fondation de La Copropriété.

Qu’est-ce qu’une copropriété et quelle est la différence entre une copropriété indivise et une copropriété divise?

La copropriété est le partage des droits de plusieurs personnes sur un même bien ou sur un même immeuble. Elle est qualifiée de divise lorsqu’un arpenteur géomètre sépare matériellement le lot immobilier. Chaque propriétaire est alors responsable de sa fraction. Dans le langage courant, la copropriété divise est plus communément appelée condominium. À l’inverse, la copropriété est dite indivise lorsqu’un même bien immobilier appartient à plusieurs personnes. Un chalet sera par exemple sous le nom de deux amis, chacun copropriétaire du même lot.

Comment fonctionne le site et à qui s’adresse-t-il?

La Copropriété regroupe des ordres professionnels et des organismes de taux de réglementation du domaine immobilier tels que les CPA, les arpenteurs géomètres, les avocats, les notaires, les architectes et les évaluateurs agréés. Chaque mois, chacun de ces organismes apporte sa contribution aux questions relatives à la copropriété. On trouvera ainsi des réponses claires, précises et bien formulées à des interrogations telles que « Comment se forme une copropriété? », « Qu’est-ce qu’une quote-part? », ou encore « Qu’est-ce qu’un cadastre? ».

La Copropriété est une ressource complète mise à la disposition de tous. Le site s’adresse autant aux copropriétaires actuels ou futurs, qu’aux professionnels de l’immobilier ou à toutes personnes curieuses d’en savoir davantage sur la copropriété.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/227677486″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »50% » height= »250″ iframe= »true » /]

Quelles aides financières existent pour les acheteurs et propriétaires ?

Via-Capitale-Chronique immobiliereCette semaine, on aborde un sujet qui intéressera tous les propriétaires actuels ou en devenir : la question des aides financières lors de l’achat ou de la rénovation d’un bien immobilier.

Quelles subventions existent et quelles sont celles qui n’existent plus ?

Il existait des subventions au niveau régional comme les subventions Ecorenov ou Logirenov. Ces programmes sont maintenant terminés et il n’y a plus de subventions au niveau provincial qui aident les propriétaires à rénover leur logement.

A ce niveau, des coupes budgétaires sur les aides financières ont également été faites par la ville de Montréal. En fait, la ville n’offre plus de subventions pour la rénovation depuis 2014.

Une bonne nouvelle persiste tout de même, la ville subventionne toujours l’achat ! C’est surtout vrai pour les familles (au moins un enfant), qui peuvent recevoir jusqu’à 5000 $ de subventions en plus de 4000 $ de remboursement de la taxe de bienvenue pour l’achat d’une première propriété neuve : condo, immeuble… Le prix du bien acheté ne doit pas excéder 360 000 $.

Pour une personne seule, qui achète une propriété neuve pour la première fois, le montant de la subvention accordée pourra aller jusqu’à 2 250 $ pour un bien dont le prix ne dépasse pas 200 000 $.

Dans le cadre d’une rénovation, il ne faut pas oublier la prime d’assurance SCHL. Cette prime s’adresse à vous si vous achetez une maison Rénoclimat ou que vous réalisez des rénovations dont le but est d’améliorer l’efficacité énergétique de votre propriété. La prime SCHL peut vous être remboursée à hauteur de 10 %. C’est une aide intéressante quand on sait que le montant de cette prime peut s’élever à 10 000 $.

Si les sommes de ces aides restent modestes, pour les acheteurs, les subventions deviennent intéressantes à la revente. Dans certains quartiers, la ville de Montreal rembourse la taxe de mutation pour les familles. On ne parle pas d’un déménagement sur le Plateau Mont-Royal mais plutôt dans des quartiers méconnus de la ville.

Pour découvrir ces quartiers vivants, la ville de Montréal organise le 17 octobre 2015, une visite de ses quartiers les moins connus. Le but est d’amener des familles et futurs propriétaires à mieux connaître ce cadre de vie verdoyant. On est loin de l’agitation du centre-ville qui reste pourtant accessible grâce aux transports en commun.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/226440710″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »50% » height= »250″ iframe= »true » /]