Faits Divers

Rouler pour les autres

Vendredi dernier avait lieu le Cyclothon Johanne Souci de l’ALPAR. À Chaque année, c’est pour nous l’occasion d’une levée de fonds au profit de l’ALPAR (association de loisirs pour personnes à autonomie réduite). Cette association de Rosemont veille à organiser des évènements pour des personnes qui ne peuvent se déplacer librement.

IMG_1136Avec la complicité de Myette, déménageur à vélo, nous faisons le Tour La Nuit, accompagnés de 3 personnes en chaise roulante. Grâce à l’ingéniosité de Myette et à leur formidable forme physique, nos 3 dames, bien installées dans leur fauteuil roulant, attachés sur les plateformes de déménagement, ont pu, cette année encore, vivre l’expérience d’une ballade de 20 KM à vélo, dans les rues de Montréal.

Quelle belle soirée!

Chaque cycliste ayant fait une levée de fonds,cette activité a permis d’amasser la somme de 9750$.

C’est ce que nous appelons allier la bonne cause au plaisir!

À l’an prochain!

IMG_1137

Indice QSC, connaissez-vous ?

Satisfaction QSCIndice QSC

Encore cette année, l’indice QSC des courtiers des courtiers de notre agence est de 4.68/5.

Qu’est-ce que QSC? C’est une firme indépendante qui expédie un sondage à nos clients acheteurs et vendeurs suite à l’achat ou la vente de leur propriété, afin de mesurer leur taux de satisfaction (Qualité Service Client).

 


95% des acheteurs et des vendeurs sont très satisfaits ou satisfaits des services offerts par leur courtier.


 

Des commentaires de clients tels que : disponible, à l’écoute, efficace, conseils judicieux, professionnel, humain, passionné, impliqué,motivé, impartial, connaissance, expérience et rassurant.

Wow! Nous sommes très fiers de ce résultat! Encore cette année, notre mission de changer l’image des courtiers immobiliers prend tout son sens.
Bravo à tous nos courtiers!

18 pas pour le Ghana

Vous le savez, nous aimons donner un petit coup de pouce à une belle cause. Cette fois, les étudiants du Collège Jean Eudes montent un spectacle qui vise à recueillir des fonds pour la construction d’une école au Ghana.
Ces jeunes ont utilisé tous les talents et les ressources autour d’eux pour monter un spectacle.
Initiative de deux étudiantes, Shanti Desautel-Roy et Melina Tremblay, le spectacle comporte 18 numéros. Sous la supervision de leur professeur d’art dramatique, Sophie Dansereau, ils ont crées un voyage à travers le monde, afin de venir en aide au Ghana.

Les billets pour le spectacle du 13 mars à 19 heures 30 sont disponibles au coût de 12$, sur place, le soir même, au Collège Jean-Eudes. Vous pouvez également vous les procurer au coût de 7$ en pré-vente auprès de Shanti Desautel-Roy: 514-265-3480.

18 pas pour le Ghana

 

De la Ruelle au Salon

Aujourd’hui pour la chronique immobilière hebdomadaire, nous voulions vous présenter la propriétaire du site: De la Ruelle au Salon,  Isabelle Clément (voir vidéo plus bas), Un site unique et populaire, qui permet aux amateurs de bonnes aubaines, de trouver ce qu’ils cherchent. De La ruelle au Salon est aussi présent sur Facebook : Aimer la page

Bonne écoute:

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/137867520″ params= »color=0066cc&auto_play=false&hide_related=false&show_artwork=true » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

De la Ruelle au Salon - Rencontre avec Isabelle Clément

 

Les fleurs c’est pour Rosemont – 40 ans plus tard.

L’an dernier sur notre blogue, nous vous avions parlé de ce film de l’ONF, « Les fleurs, c’est pour Rosemont ».Il y a 40 ans, 5 étudiants en architecture s’investissaient dans un projet et revitalisaient la rue Demers.

Cette année,les architectes de La Shed,réinventent une maison de la rue Demers.

La rue Demers est une jolie petite rue enclavée par la rue Henri-Julien et Hotel de Ville, juste au nord de la rue Villeneuve et au sud de Saint-Joseph.Bien des gens ne connaissent pas cette rue,à l’abri de l’animation sur Le Plateau.
Pourtant, elle inspire des idées créatrices, depuis 40 ans!

Pour les amoureux du Plateau, voici donc de quoi savourer l’évolution d’un quartier.

Rue demers il y 40 ans

Les fleurs c’est pour Rosemont par Jacques Giraldeau, Office national du film du Canada

Rue Demers actuelle: à l’émission Visite libre

Veuillez noter que pour des raisons de droits d’auteurs, seul un extrait est disponible, vous pouvez retrouver l’intégralité de la vidéo en cliquant sur le bouton ci-dessous 

Voir le vidéo

 (Disponible jusqu’au 20 Février 2014)
Pour nous contacter viacapitaledumontroyal(a)gmail.com

Nouvelle publicité FCIQ/OACIQ

Extrait de la vidéo Youtube :L’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ), la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) et les 12 chambres immobilières québécoises lancent leur première campagne conjointe, réalisée par Brad.

Comprenant un message télévisé en français et en anglais, un microsite, un volet web et des pièces imprimées, elle vise à démontrer les risques de ne pas traiter avec un courtier.

«Nous sommes très fiers de ces importants gains et, surtout, de l’opération que nous présentons», commente Dany Renauld, coprésident de Brad.

Son déploiement constitue l’aboutissement de plusieurs mois de travail. En effet, c’est lors du Sommet de l’immobilier, en février 2012, que l’OACIQ, la FCIQ et les chambres immobilières ont décidé d’unir leurs forces afin de créer un impact encore plus puissant dans leur message à communiquer au public.

«On pourrait presque qualifier d’historique cette mise en commun, estime Sofy Bourret, vice-présidente, communications et développement TI, de l’OACIQ. En arrêtant notre choix sur Brad, nous sommes certains d’avoir retenu le bon partenaire pour atteindre nos objectifs.»

Annonceur: OACIQ – Sofy Bourret, FCIQ – Christiane St-Jean, Marc Lacasse
Agence: Brad
Stratégie de marque: Dany Renauld, Hugues Léger
Vice-présidence, création: Carle Coppens
Stratégie interactive: Sacha Declomesnil
Direction-conseil: Alexandra Troubetzkoy
Conception-rédaction: Carle Coppens, Maxime Richer
Direction artistique: Pascal Tremblay
Rédaction anglaise: James Viloria
Service-conseil web: Mylène Mercier
Direction artistique web: Fabien Laborie
Design web: Jean-Philippe Dubois
Intégration: Sébastien Filion
Direction technique: Sébastien Vézina
Production d’agence: Linda Leroux
Maison de production: Soma
Réalisation: Ricardo Trogi
Postproduction: Rodéo FX
Mix sonore: Sonart

FCIQ.OACIQ J'espère vendre sans courtier Spot TV FR

 

Les surprises de l’impôts

La tentation est forte de pousser tous les papiers vers le comptable: «Tiens, tu t’occupes de tout. Trop compliqué pour moi!» et de s’en laver les mains. Puis le soir venu, la tête sur l’oreiller, le doute nous prend. Non, non, non, qu’on se dit, j’ai des responsabilités en tant que propriétaire, je vais les assumer. C’est mon devoir de comprendre le minimum de ce qu’il y a à comprendre.
null

Des fenêtres qui tuent

http://www.viacapitalevendu.com/blogue/ces-fenetres-tuent/Les médias annonçaient récemment la mort de la photographe britannique Kate Barry, 46 ans. Si le nom n’évoque rien de précis, il éveille un soupçon de curiosité lorsqu’on apprend que Kate Barry était la fille de la chanteuse et actrice britannique Jane Birkin, connue du côté francophone à titre de conjointe du défunt chanteur français Serge Gainsbourg, avec qui elle avait interprété le classique « Je t’aime moi non plus », chanson fétiche des baby boomers. Un air velcro, peu de paroles et d’interminables soupirs…. La fille de Jane Birkin est morte par défenestration, c’est-à-dire qu’elle a fait une chute mortelle, à partir du quatrième étage, à travers une fenêtre. Suicide ou chute accidentelle? L’enquête le dira. Le chanteur de charme Mike Brant, interprète de classiques comme « Laisse-moi t’aimer » ou « Qui saura », est mort de la même façon que la fille de Jane Birkin. Le 25 avril 1975, il tombait d’un sixième étage à Paris. Il avait 28 ans. Wikipedia raconte:  » Soigné pour dépression, Mike Brant avait en effet cessé de prendre les psychotropes qu’on lui prescrivait depuis sa première tentative de suicide parce qu’ils le faisaient grossir et seule la drogue le maintenait dans un équilibre précaire. Se sentant mal, il aurait cherché de l’air et aurait trébuché sur le balcon, passant au-dessus de la balustrade du jardin, le treillage en bambou fixé à la rambarde du balcon se brisant sous son poids (l’ironie veut que l’appartement du sixième étage étant légèrement en retrait de la façade, le balcon de l’étage inférieur aurait pu arrêter sa chute). » Il y a la mort de Connor Clapton, cinq ans. Il était le fils du guitariste rock Éric Clapton, auteur des succès « Layla » et « Wonderful Tonight ». La nouvelle avait fait le tour de la planète car le père est une méga star. La veille du drame, Eric emmène fiston au cirque. C’est la première fois qu’il sort seul avec lui. Il a adoré. Pour la première fois, il s’est senti comme un père. Le guitariste était redevenu sobre à l’époque. Il déclare à la mère de Connor que, pour les vacances à venir, il veut s’occuper de son fils tout seul. Lori, la mère du garçon, est une admiratrice du guitariste. Eric va coucher au Mayfair Regent, situé sur Park Avenue. Il veut emmener fiston au zoo de Central Park le lendemain. Le téléphone sonne vers 11 heures. Eric décroche. Lori est hystérique à l’autre bout du fil. Connor est mort, lui lance-t-elle. Connor et sa mère habitent à une dizaine de rues. Eric remonte Park Avenue en courant. On lui raconte les circonstances du drame. « Le salon principal avait, sur un des côtés, une baie qui allait du sol au plafond, et qu’on pouvait faire basculer pour la nettoyer, raconte Eric dans son autobiographie. Mais il n’y avait pas de rambardes devant les fenêtres, car l’immeuble était privé et échappait aux normes habituelles de construction. Ce matin-là, le concierge nettoyait les vitres et les avait temporairement laissées ouvertes.

Embedly Powered