Patrice Dansereau

Patrice Dansereau

Courtier immobilier

Natif de Montréal, j’ai grandi à Outremont et je vis depuis maintenant presque 40 ans sur le Plateau Mont-Royal. J’ai longtemps travaillé dans le milieu du livre avant d’embrasser la carrière de courtier immobilier depuis maintenant plus de onze ans. Le livre et les maisons sont encore mes passions actuelles.

En travaillant dans le milieu du livre, j’ai eu la chance de toucher à tous les aspects de l’édition et j’ai donc traversé toute la chaine du livre : de sa fabrication à sa distribution en passant par la création et la diffusion. Tour à tour, j’ai été : libraire, éditeur, diffuseur, relationniste et auteur. En tant que courtier immobilier, j’aime pareillement toucher à beaucoup d’aspect du métier et c’est pourquoi je traite des transactions résidentielles et commerciales, à Montréal, sur le Plateau comme sur la rive nord ou la rive sud.

Quand j’ai choisi d’interrompre mon engagement dans le milieu du livre, c’était d’abord et avant tout pour retrouver le plaisir de retrouver le contact humain ; mon travail de libraire m’avait apporté beaucoup de satisfaction, et j’ai découvert que le travail avec des vendeurs comme avec des acheteurs pouvait m’apporter la même joie, mais avec un niveau de défi bien supérieur. Depuis plus de onze ans maintenant, jamais les défis n’ont été aussi grands et stimulants.

Parce que le travail de courtier immobilier est exigeant, parce qu’il faut apprendre à ne pas compter ses heures, parce qu’il faut savoir se garder disponible presque en tout temps, nos loisirs restent une période absolument essentielle pour maintenir notre équilibre. Les moments que nous passons avec la famille et les amis sont à cet effet, indispensable et précieux. De la même façon, j’ajouterai que le temps où je pourrai me « nourrir » culturellement est tout aussi essentiel ; en ce sens, le livre est demeuré un ami cher.

S’il fallait nommer trois qualités indispensables à un bon courtier, je nommerais volontiers l’écoute, l’écoute ainsi que l’écoute. S’il fallait vraiment ajouter à cette qualité indispensable, je nommerai la disponibilité d’un bon ouvrier, l’intelligence émotionnelle et les talents d’un bon diplomate qui possède le savoir-vivre essentiel aux bons échanges.

Ayant eu la chance de voyager un peu à travers le monde et de traverser quelques capitales prestigieuses, je retiens cette qualité première de Montréal : les gens qui habitent cette ville savent lui donner une coloration unique qui permet de faire de Montréal un lieu sécuritaire où les échanges sont faciles et la communication, directe. La bonhommie des Montréalais est le meilleur anti-stress qui se puisse !