finances

Les peurs d’investir en immobilier: mythe ou réalité?

Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on s’intéresse à l’article de Ghislain Larochelle dans le Journal de Montréal, Les 5 peurs qui vous empêchent d’investir en immobilier. Se questionner sur ce qui vous attend en devenant investisseur immobilier est une bonne initiative! Mais ces peurs sont-elles vraiment fondées?

1. Le temps
En tant qu’investisseur immobilier, une grande partie de votre temps est consacrée à l’entretien de vos propriétés et au bien-être de vos locataires. Il faut s’attendre à devoir régler des crises de dernières minutes en pleine fin de semaine ou à effectuer des travaux de réparations pas toujours plaisants. Si cet aspect de l’investissement vous repousse, sachez que vous pouvez embaucher un gestionnaire d’immeubles. Moyennant une compensation équivalente à environ 5% de vos revenus annuels, il s’occupera de votre immeuble à votre place. Relations avec les locataires, réparations de plomberie ou dépôt de loyer, tout est à sa charge! Vous gagnez en temps libre mais vous perdez en revenu puisqu’une partie de ce que vous recevez lui est perçu.

2. Les bonnes affaires sur le marché immobilier
Affirmer qu’il n’y a plus de bonnes affaires sur le marché de l’immobilier, est plus une excuse pour ne pas investir qu’une peur. Devenir investisseur dans l’immobilier ne se fait pas du jour au lendemain. La clé su succès est de ne pas se décourager après un premier refus et persévérer dans ses recherches. Si quand bien même vous pensez ne plus trouver de bonnes affaires, n’hésitez pas à faire des offres, qui ne tente rien n’a rien!

3. Il faut être instruit pour réussir
La rumeur court selon laquelle un bon investisseur est un connaisseur dans le domaine de l’immobilier. Il est indéniable que le savoir des pratiques de l’immobilier est un atout pour démarrer dans l’investissement. Ce n’est pas une lacune, cependant, qui devrait vous empêcher d’investir. Les cours pour maîtriser les subtilités du marché sont nombreux et une équipe de contacts compétents vous sera également d’une grande utilité.  

4. Il faut être bricoleur et débrouillard
Cette peur est facilement surmontable dans la mesure où tout ce dont vous avez besoin est d’un solide réseau de contacts. Entourez-vous au maximum de courtiers, plombiers, comptables, notaires, avocats, inspecteurs. De cette manière, si vous perdez le contrôle d’une situation, vous pourrez vous tourner vers ces professionnels, résoudre les problèmes sur lesquels vous n’avez aucun pouvoir, c’est leur métier!

5. Il faut être riche pour investir
C’est bien connu, se faire de l’argent rapidement et facilement, c’est impossible. C’est pourquoi être riche pour investir est un mythe! À notre agence de Via Capitale du Mont-Royal par exemple, de jeunes clients ont sauvé l’argent d’une voiture pour l’investir dans un plex. Aujourd’hui, ils possèdent 3 petits immeubles à revenus dans les quartiers centraux de Montréal! Morale de l’histoire, l’important est de posséder la première mise de fonds nécessaire pour acquérir son premier immeuble. Celui-ci constituera alors un levier pour les investissements futurs.

Si investir dans l’immobilier vous effraie encore, retenez ces 3 points essentiels à tout investissement fluide et rentable:

  • s’y prendre le plus tôt possible pour profiter du rendement de vos placements une fois à la retraite.
  • être structuré et bien organisé, vous permettra d’y voir plus clair dans ce vaste monde qu’est l’immobilier.
  • bâtissez-vous un réseau de ressources utiles vers qui vous tournez pour solliciter leurs compétences.

Retrouvez-nous chaque semaine pour de nouvelles chroniques et suivez-nous sur Facebook!

 

Génération Y: comment RAP et REER vous permettent d’accéder à une propriété?

Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on revient sur un sondage de la banque Toronto-Dominion concernant l’accession à la propriété de la génération Y. Combinez à cette analyse le dossier de La Presse sur le poids de cette tranche d’âge dans le Grand Montréal, et vous avez une petite idée de l’orientation du marché de l’immobilier à Montréal!

Le poids de la génération Y dans le Grand Montréal

Selon l’étude d’Optima Marketing, parmi les 1.2 millions de jeunes Y qui vont vouloir acquérir d’ici 2021 des propriétés, la moitié d’entre eux souhaitent habiter dans les quartiers centraux de l’île de Montréal.
Il s’agit d’un véritable changement dans le secteur de l’immobilier puisqu’il y a quelques années, le mouvement massif des jeunes se dirigeait plutôt vers les banlieues. Cette constatation confirme l’idée d’un nouveau centre-ville de Montréal, en surconstruction pour répondre à la demande de plus en plus accrue d’investissements immobiliers dans le Grand Montréal.

Les jeunes savent-ils comment accéder rapidement et économiquement à une propriété?

Le sondage réalisé par la banque Toronto-Dominion auprès des jeunes de la génération Y porte à croire que non! En effet, 55% de ces derniers ignorent qu’il existe un système économique et rapide permettant d’acheter une propriété: le programme RAP (Régime d’Accession à la Propriété).

Mis au point par le gouvernement fédéral il y a 25 ans, le RAP, bien que fort utile, est donc encore méconnu.
Si vous cotisez au REER, le RAP permet de retirer jusqu’à 25 000$ et de s’en servir comme mise de fonds pour accéder à une propriété, et ce sans devoir payer l’impôt sur les montants économisés. Le total utilisé pour la mise de fonds devra ensuite être remboursé à raison de 1 000$ par année. Il s’agit là d’un moyen facile de faire une économie forcée, profitable et instantanée, car elle sert à investir dans une future propriété!

Le système prêt-RAP est une autre fonction pratique du RAP. Encore plus rapide que le RAP standard, il consiste à emprunter un certain montant à la banque et le mettre de côté dans un compte pour une durée de 90 jours. Grâce à cette somme, vous allez bénéficier d’un retour d’impôt que vous utiliserez alors comme mise de fonds. Comme pour le RAP régulier, le prêt demandé auprès de la banque doit être restitué à raison de 1 000$ par an.

Ces deux systèmes de RAP peuvent être combinés, mais avant de s’engager dans transactions immobilières, il est préférable de jeter un oeil à vos avis de cotisation, de consulter votre banque, un courtier hypothécaire ou immobilier qui sauront guider votre démarche.


Retrouvez-nous chaque semaine pour de nouvelles chroniques et suivez-nous sur notre page Facebook!