Chronique Immobilière

4 astuces pour acheter sa propriété en toute sécurité


Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on s’inspire de l’article de Ghislain Larochelle 4 trucs pour ne pas se faire avoir à l’achat paru dans le Journal de Montréal pour faire le point sur quatre étapes cruciales à suivre avant de procéder à un achat immobilier. En effet, si une transaction immobilière est bien conseillée, acheteurs et vendeurs ont peu de risque de se faire avoir. Écoutez votre courtier, suivez ces étapes et tout se déroulera dans les meilleures conditions! 

1.L’importance du rapport d’inspection
Que la propriété soit récente, neuve ou plus ancienne, engager un inspecteur et effectuer un rapport est obligatoire. Il est impossible d’utiliser un rapport antérieur et surtout, il ne faut pas prendre pour acquis qu’une construction neuve ou récente est nécessairement bien faite!

2.La déclaration du vendeur
Depuis 2012, la déclaration du vendeur est obligatoire. Il s’agit d’un formulaire de questions concernant la propriété. Il protége les acheteurs des éventuels vices cachés et défend les vendeurs de potentiels recours de la part de l’acheteur. Plus l’acheteur aura d’informations sur le logement, plus son choix sera effectué en connaissance de cause.

3.Magasiner ses assurances
Les assurances varient d’un propriétaire à l’autre. Pour éviter les mauvaises surprises, il est conseillé de les magasiner à l’avance. Particulièrement si votre propriété se situe dans les quartiers centraux de Montréal, où des détails d’aménagement tels que des hangars n’entrent pas dans les clauses d’assurance de certaines compagnies.  

4.Les fiches techniques
Descriptif complet d’une propriété, la fiche technique vous est remise par votre courtier. Entre autres, elle renseigne sur la superficie du logement, son année de construction, le montant des taxes municipales qui s’appliquent ou encore les rénovations antérieures. Centris autorise désormais à consulter l’historique de ces fiches, y compris les données relatives à une première vente.

Gardez ces précautions en tête avant votre achat et cette lourde transaction deviendra bien plus légère!

 

Retrouvez-nous chaque semaine pour de nouvelles chroniques et suivez-nous sur Facebook!   

Les bonnes pratiques pour réduire les allergies à la maison

Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on fait le point sur les bons gestes à adopter au quotidien à l’intérieur et à l’extérieur des maisons pour réduire l’impact des allergies.

Une bonne aération
Une pratique, qui devrait être un réflexe dans chaque maison, est de s’assurer de la bonne circulation d’air dans les pièces à risque telles que la salle de bain et la cuisine. Pour la salle de bain, vous aurez besoin d’un échangeur d’air efficace qui évacuera facilement l’humidité. Dans la cuisine, au minimum une hotte aspirante sera nécessaire pour faire circuler vers l’extérieur les graisses de cuisson.
Une bonne ventilation se combine à un dépoussiérage assidu. Passer régulièrement l’aspirateur, nettoyer les endroits oubliés tels que les hauts des portes et laver les draps plus souvent réduirait effectivement les allergies aux acariens.

Le greenwashing ou écoblanchiment
Les substances nocives dans les produits ménagers sont de plus en plus courantes. La dernière chose que l’on souhaite serait de mettre sa santé en danger en faisant son lavage! Il est donc conseillé d’utiliser autant que possible des produits sans parfum dont l’efficacité nettoyante est équivalente aux produits qui en contiennent.

Le Colloque Maisons Saines d’ÉcoHabitation
Événement annuel accès autour de la santé à la maison, le colloque Ma Maison en Santé d’ÉcoHabitation regorge de solutions simples et abordables pour prendre soin de soi, chez soi! Parmi les nombreux conseils à retenir, laisser les chaussures dans l’entrée ou dans un endroit clos plutôt que de les éparpiller partout dans la maison est préférable puisque nos souliers transportent avec eux pesticides et autres éléments néfastes de l’extérieur.

L’aide des plantes
Bien que les effets positifs des plantes ne soient plus à démontrer, un groupe de chercheurs de l’Université Harvard y a consacré une étude sur la place des plantes dans vos habitudes de vie. Le résultat met en évidence l’impact bénéfique des plantes dans notre quotidien en démontrant que les femmes résidant à moins de 250 mètres d’une zone de végétation ont une durée de vie plus longue que celles non exposées.
Les vertus des plantes sont aussi percevables dans les maisons, si vous décorez votre intérieur de verdure contribuant à purifier l’air. Les plantes araignées par exemple, filtrent de nombreuses impuretés.
L’aloès vera, très à la mode dans les épiceries, absorbe le formaldéhyde purifiant ainsi l’air et est également reconnue pour arrêter les ondes électromagnétiques.
Entourez-vous donc de végétation même dans votre propriété et vous verrez votre environnement moins pollué, le bruit atténué.

Retrouvez-nous chaque semaine pour de nouvelles chroniques et suivez-nous sur Facebook!

L’évolution du métier de courtier immobilier

Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on parle de la profession de courtier immobilier. Le métier a beaucoup changé depuis ses dernières années, les lois se sont resserrées et les examens sont plus stricts. 

Devenir courtier immobilier: une formation continue

Contrairement à ce que de beaucoup pensent, devenir courtier immobilier n’est pas facile! Depuis que la révision de la formation des courtiers, son accession est en effet plus compliquée. Le futur courtier devra suivre entre 390 et 570 heures de formation alternant théorie et pratique. Il s’agit d’une formation continue et obligatoire d’équivalence collégiale traitant des principes fondamentaux de la profession. Sur une durée de 2 ans, l’étudiant courtier devra comptabiliser un total de 18 unités de cours. Il est possible de suivre ce cours en classe, par correspondance ou en classe virtuelle sur internet.

À l’issue de sa formation, le courtier en devenir passe un examen. Avant, l’épreuve était sous forme de choix multiples, mais depuis 4 ans, elle comprend une partie rédaction exigeant un minimum de connaissances du français. Ainsi, la formation est conçue pour que le courtier soit apte à analyser et interpréter tous les documents qu’il reçoit.

 

L’encadrement par l’agence

Parmi les révisions autour de la formation des courtiers immobiliers, figure une obligation d’encadrement rigoureux par l’agence immobilière. Dès leur arrivée et pendant une période d’au moins 3 ans, les courtiers débutants doivent faire vérifier par un membre de l’agence chaque promesse d’achat avant de la présenter. Cette nouvelle procédure permet d’augmenter la qualité de l’agence et les compétences des courtiers. Par ailleurs, à ses débuts, un courtier est restreint aux propriétés résidentielles et ne peut pas encore travailler avec des édifices commerciaux. Il lui faudrait pour cela suivre un autre cours spécialisé dans cette catégorie de propriétés.

 

Bien que cette réforme d’apprentissage soit la bienvenue dans l’agence, elle n’enlève rien aux talents et aux compétences des anciens courtiers, ceux ayant suivi leur formation ultérieurement. Certes, la théorie et la formation sont indispensables, mais il faut garder en tête que, comme dans toutes professions, l’expertise se forge avec l’expérience!

Retrouvez-nous chaque semaine pour de nouvelles chroniques et suivez-nous sur Facebook!

Espaces de vie extérieurs d’une propriété: sur quoi miser et à quel budget?

Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on s’interroge sur l’importance des cours et des pièces extérieures d’une propriété. Un décor extérieur qui nous tient particulièrement à coeur ne plaît peut-être pas forcément à des potentiels acheteurs. Quel budget est-il alors rentable de dépenser pour sa cour?

Les piscines creusées
Question régulièrement posée aux courtiers, une piscine vaut-elle les frais déboursés?
Les coûts d’une piscine creusée se situent entre 30 000 et 40 000$ mais peuvent aller jusqu’à 100 000$ selon le type d’aménagement désiré. Au moment de la revente, le logiciel Valeri estime à 10 000$ seulement la plus-value d’une propriété de banlieue avec une piscine creusée. Dans les quartiers centraux de Montréal, ce gain en capital est de 13 000$ en raison de la rareté de ce type de propriété. En revanche, si l’installation d’une piscine a pour but principal d’augmenter votre qualité de vie et que vous en faites usage au cours des 20 prochaines années, alors l’investissement est profitable!

Les faux-pas à éviter
Une superbe piscine intérieure dans une maison rénovée avec goût à Saint-Bruno ne s’est pas vendue malgré le luxe et la qualité de vie hors du commun qu’elle proposait. Les propriétaires ont alors décidés d’enterrer la piscine et de faire des chambres à la place. Cette propriété ne s’est tout simplement pas vendue avec sa piscine intérieure car elle ne correspondait pas aux attentes des acheteurs et était loin des standards immobiliers du quartier. Avant de mettre de l’argent dans un projet d’envergure, il est donc important de s’interroger sur la valeur des propriétés qui vous entourent. Penser toujours qu’un acheteur va vouloir payer le prix du marché mais ne voudra pas rembourser la totalité du montant des travaux!

Les piscines naturelles
Très agréables à regarder, les piscines naturelles ajoutent calme et sérénité à l’environnement de vie d’une propriété. Son filtrage naturel fait par les plantes permet un fonctionnement écologique et tout comme les piscines creusées, les dépenses varient entre 30 000 et 100 000$. Le risque avec ce type de piscines est de proposer un cadre de vie qui ne conviendra pas forcément à celui des futurs acquéreurs. Vous fermez ainsi des portes à d’éventuels acheteurs et compliquez le processus de remboursement des frais versés.

Les piscines hors-terre et les spas
Beaucoup moins chères que les deux piscines précédentes, ils faut compter entre 900 et 6 000$ pour une piscine hors-terre, jusqu’à 25 000$ pour un spa. Mais ces types d’installations divisent aussi les gens. Il y a donc des risques là encore de perdre des potentiels acheteurs pour qui le concept ne rejoint pas leurs intérêts.

Les balcons
En revanche, si il y a bien un espace extérieur qui mérite toute votre attention, c’est sur le balcon. Entretenir et améliorer son balcon, c’est une valeur sûre et peu coûteuse qui jouera en faveur de l’ensemble de la propriété. Quelle que soit la taille de votre balcon, il est tout à votre avantage d’y consacrer un budget pour recréer à votre manière un petit oasis de tranquillité même en ville! La boutique Le Balconier dispose d’ailleurs d’un choix diversifié de mobiliers pratiques conçus pour aménager même les plus petits espaces.
Retrouvez-nous chaque semaine pour de nouvelles chroniques et suivez-nous sur Facebook!

Prévisions 2016 sur le marché de l’immobilier à Montréal

Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on revient sur la conférence de la Fédération des Chambres Immobilières du Québec qui s’est déroulée le 14 janvier dernier. L’économiste en chef Paul Cardinal y a vulgarisé l’historique du marché de l’immobilier au Québec et a présenté les prévisions pour 2016.

Les pronostics sur le marché de l’immobilier à Montréal prévoient une hausse des transactions de 3% et une augmentation des prix variant de 0,5 à 2% selon les économistes. Le marché de l’immobilier à Montréal a bénéficié de belles années avec un taux d’intérêt très bas. Depuis ces deux dernières années, on parle d’un atterrissage en douceur du marché grâce au taux d’intérêt toujours bas et grâce à l’indice d’abordabilité de la propriété qui n’a jamais été aussi profitable. En effet, aujourd’hui, le prix d’une maison avec un tel taux d’intérêt est équivalent au prix d’une maison dans les année 80!

L’accessibilité à la propriété
Estimant la capacité des ménages à acquérir une propriété et à en assumer les coûts, l’indice d’abordabilité se calcule comme suit: (montant mensuel de l’hypothèque)➗(revenu disponible).
À Vancouver, cette valeur est de 62%, c’est-à-dire que sur 100$ du revenu des ménages, 62$ sert à rembourser l’hypothèque.
À Montréal, cet indice est stable depuis 35 ans et est égal à 27%, montrant ainsi l’accessibilité de l’immobilier à Montréal en comparaison à Vancouver ou d’autres grandes métropoles où cette grandeur est largement supérieure.

Foisonnement des condominiums à Montréal
Le centre-ville de Montréal est souvent critiqué pour l’apparition régulière de nouvelles constructions de condominiums. Or il semblerait que cette abondance fasse simple réponse à la demande grandissante d’achat de condos dans ce quartier précis de la ville. Selon une étude du groupe Altus, 45% des condos non construits sont vendus en prévente, 75% des condos en cours de construction sont vendus et 82% de ceux déjà bâtis sont vendus.
En banlieue, ces chiffres sont moindres, 64% des immeubles déjà construits sont vendus, d’où la profusion de chantiers de construction de condos résidentiels dans le centre-ville de Montréal. C’est aussi la raison pour laquelle les vendeurs de condominiums en dehors du centre-ville ont tout intérêt à offrir des prix compétitifs. Les acheteurs intéressés sont de plus en plus pointilleux et ont tendance à comparer les condos entre eux.  

En revanche, certains chiffres du marché de l’immobilier restent spéculatifs et de nombreuses questions sont encore sans réponses. Par exemple, quelle est la proportion louée de ces condos? Ou quelle quantité de ces logements est occupée par des propriétaires occupants?

Retrouvez-nous chaque semaine et suivez-nous sur notre page Facebook!

Trucs pour acheteurs et vendeurs de propriétés

Chronique immobilière Les oranges pressées

Nathalie Clément de Via Capitale du Mont-Royal nous donne des trucs pour acheteurs et vendeurs de propriétés. Des conseils précieux pour les acheteurs, l’importance de visiter des propriétés avec votre courtier immobilier, et plus. Pour les vendeurs on nous explique le miracle de Saint-Joseph et comment enterrer une statue pourrait aider à vendre votre maison. Pour en savoir plus, écoutez la chronique.

 

 

Pour en savoir plus sur le miracle de Saint-Joseph.

 

Disponible ici:

Chez Desmarais et Robitaille

ou à la boutique de l’Oratoire St-Joseph.

Chronique immobilière: le marché de la location à Montréal.

CHRONIQUE 13

Écoutez Nathalie Clément, directrice de Via Capitale du Mont-Royal, à l’émission les Oranges pressées de CIBL. Cette semaine dans la chronique immobilière Nathalie nous parle du marché de la location à Montréal.

De plus en plus de locataires ont recours aux services de courtiers immobilier pour trouver un appartement à louer. Selon la Chambre Immobilière du Grand Montréal, le nombre de condominiums loués par le biais d’un courtier dans la région à été multiplié par cinq entre 2005 et 2014.

La première raison à ce phénomène est l’arrivée d’étrangers en ville. Leur premier réflex pour trouver un logement est bien souvent d’aller frapper à la porte de l’agence immobilière du quartier où ils souhaitent s’établir.

Une autre raison est le nombre très important de condos construits en ville. Ces condos sont souvent achetés par des investisseurs qui les mettent ensuite en location. Mais ces investisseurs sont nombreux et la concurrence entre biens égaux est féroce. Comment se démarquer quand on souhaite trouver des locataires pour un condo semblable à 450 autres construits en même temps, à louer au même prix ? Par manque de temps ou de connaissances, les investisseurs ont ainsi souvent recours à l’expertise d’un courtier. Si les agences postent des annonces sur des sites de locations locaux ou internationaux, la force principale du courtier pour trouver rapidement des locataires reste son réseau.

Par ailleurs, le nombre de propriétaires qui achètent des condos pour les louer ensuite à augmenté. Auparavant, les investissements concernaient les duplex, triplex dans les quartiers centraux. Maintenant, les propriétaires préfèrent les aménager pour les habiter plutôt que de les louer à prix d’or – le prix rend d’ailleurs la recherche de locataires difficile. Pour ces raisons, les investisseurs préfèrent maintenant acheter des condos qui représentent moins de travail au quotidien même si l’investissement est plus difficile à rentabiliser.

Traditionnellement, investisseurs achetaient petits plex dans quartier centraux, sont maintenant devenus des objets de convoitise pour les propriétaires. On peut investir une fois et l’aménager plutôt que de louer à prix fort.

Via Capitale Du Mont-Royal dispose aussi de nombreuses et très belles propriétés en location. Voyez plutôt !