Recommandations

4 astuces pour acheter sa propriété en toute sécurité


Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on s’inspire de l’article de Ghislain Larochelle 4 trucs pour ne pas se faire avoir à l’achat paru dans le Journal de Montréal pour faire le point sur quatre étapes cruciales à suivre avant de procéder à un achat immobilier. En effet, si une transaction immobilière est bien conseillée, acheteurs et vendeurs ont peu de risque de se faire avoir. Écoutez votre courtier, suivez ces étapes et tout se déroulera dans les meilleures conditions! 

1.L’importance du rapport d’inspection
Que la propriété soit récente, neuve ou plus ancienne, engager un inspecteur et effectuer un rapport est obligatoire. Il est impossible d’utiliser un rapport antérieur et surtout, il ne faut pas prendre pour acquis qu’une construction neuve ou récente est nécessairement bien faite!

2.La déclaration du vendeur
Depuis 2012, la déclaration du vendeur est obligatoire. Il s’agit d’un formulaire de questions concernant la propriété. Il protége les acheteurs des éventuels vices cachés et défend les vendeurs de potentiels recours de la part de l’acheteur. Plus l’acheteur aura d’informations sur le logement, plus son choix sera effectué en connaissance de cause.

3.Magasiner ses assurances
Les assurances varient d’un propriétaire à l’autre. Pour éviter les mauvaises surprises, il est conseillé de les magasiner à l’avance. Particulièrement si votre propriété se situe dans les quartiers centraux de Montréal, où des détails d’aménagement tels que des hangars n’entrent pas dans les clauses d’assurance de certaines compagnies.  

4.Les fiches techniques
Descriptif complet d’une propriété, la fiche technique vous est remise par votre courtier. Entre autres, elle renseigne sur la superficie du logement, son année de construction, le montant des taxes municipales qui s’appliquent ou encore les rénovations antérieures. Centris autorise désormais à consulter l’historique de ces fiches, y compris les données relatives à une première vente.

Gardez ces précautions en tête avant votre achat et cette lourde transaction deviendra bien plus légère!

 

Retrouvez-nous chaque semaine pour de nouvelles chroniques et suivez-nous sur Facebook!   

Les bonnes pratiques pour réduire les allergies à la maison

Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on fait le point sur les bons gestes à adopter au quotidien à l’intérieur et à l’extérieur des maisons pour réduire l’impact des allergies.

Une bonne aération
Une pratique, qui devrait être un réflexe dans chaque maison, est de s’assurer de la bonne circulation d’air dans les pièces à risque telles que la salle de bain et la cuisine. Pour la salle de bain, vous aurez besoin d’un échangeur d’air efficace qui évacuera facilement l’humidité. Dans la cuisine, au minimum une hotte aspirante sera nécessaire pour faire circuler vers l’extérieur les graisses de cuisson.
Une bonne ventilation se combine à un dépoussiérage assidu. Passer régulièrement l’aspirateur, nettoyer les endroits oubliés tels que les hauts des portes et laver les draps plus souvent réduirait effectivement les allergies aux acariens.

Le greenwashing ou écoblanchiment
Les substances nocives dans les produits ménagers sont de plus en plus courantes. La dernière chose que l’on souhaite serait de mettre sa santé en danger en faisant son lavage! Il est donc conseillé d’utiliser autant que possible des produits sans parfum dont l’efficacité nettoyante est équivalente aux produits qui en contiennent.

Le Colloque Maisons Saines d’ÉcoHabitation
Événement annuel accès autour de la santé à la maison, le colloque Ma Maison en Santé d’ÉcoHabitation regorge de solutions simples et abordables pour prendre soin de soi, chez soi! Parmi les nombreux conseils à retenir, laisser les chaussures dans l’entrée ou dans un endroit clos plutôt que de les éparpiller partout dans la maison est préférable puisque nos souliers transportent avec eux pesticides et autres éléments néfastes de l’extérieur.

L’aide des plantes
Bien que les effets positifs des plantes ne soient plus à démontrer, un groupe de chercheurs de l’Université Harvard y a consacré une étude sur la place des plantes dans vos habitudes de vie. Le résultat met en évidence l’impact bénéfique des plantes dans notre quotidien en démontrant que les femmes résidant à moins de 250 mètres d’une zone de végétation ont une durée de vie plus longue que celles non exposées.
Les vertus des plantes sont aussi percevables dans les maisons, si vous décorez votre intérieur de verdure contribuant à purifier l’air. Les plantes araignées par exemple, filtrent de nombreuses impuretés.
L’aloès vera, très à la mode dans les épiceries, absorbe le formaldéhyde purifiant ainsi l’air et est également reconnue pour arrêter les ondes électromagnétiques.
Entourez-vous donc de végétation même dans votre propriété et vous verrez votre environnement moins pollué, le bruit atténué.

Retrouvez-nous chaque semaine pour de nouvelles chroniques et suivez-nous sur Facebook!

Une belle histoire, que celle des génies!

VC-Les GéniesAu départ, c’est l’œuvre d’une femme, Catherine Feuillarade, qui a fondé cette agence de services pour simplifier et améliorer la qualité de vie des gens, désirant venir en aide aux familles et aux personnes âgées.

Ce qu’elle a de spécial cette entreprise? Elle offre une panoplie de services hyper utiles dans notre quotidien, simplement en passant un coup de téléphone!

Des exemples?

Vous avez besoin d’un tuteur de mandarin, de maths ou de chimie pour un de vos enfants de niveau primaire, CEGEP ou universitaire?
Votre vieille mère est à la maison et elle s’ennuie? Pourquoi ne pas lui offrir une heure de zoothérapie?

Vous aimeriez que votre lavage et le repassage soient fait comme par magie?

Durant une semaine de travail très occupée, vous rêvez que l’on vous prépare 4 repas d’avance pour votre petite famille? Faire les courses?

Vous avez besoin d’un homme-à-tout-faire pour poser un store?

Vous désirez impressionner vos amis? Suivez un cours privé chez vous, avec un barman professionnel, pour préparer des cocktails!

Vous cherchez désespérément une gardienne à la dernière minute? Les génies sauront trouver cette personne dans leur réseau, c’est garanti.

Catherine Feuillarade est rigoureuse : « Les 200 intervenants qui sont les personnes-ressources des Génies, sont triés sur le volet par l’équipe. Toutes les personnes choisies ont été référées par des personnes de confiance. Nous les avons toutes rencontrées individuellement pour valider leur candidature, vérifier leurs compétences et références et bien comprendre leurs valeurs et leurs motivations. Nous suivons régulièrement leur travail et sommes à l’écoute de nos clients pour tout commentaire. »

Et les prix sont abordables :

Un chef à domicile pendant 4 heures qui prépare 4 repas pour 4 personnes, à partir de 32$ de l’heure.

Ménage et repassage : À partir de 20$ de l’heure.

Bref, une ressource de confiance et à la portée de tous.

Ils desservent une large clientèle et se déplacent dans Montréal.

Installée dans Le Plateau il y a quelques mois à peine, dans un beau local ensoleillé, coin Roy et Mentana, l’entreprise qui existe depuis plusieurs années a été ravie de constater l’accueil chaleureux des résidents, qui s’arrêtent et découvrent avec joie les services dont ils peuvent profiter tout près.

Une belle réussite que celle des Génies. L’équipe s’est agrandie il y a 2 ans, lorsque France Brat, débarque de Paris pour s’installer à Montréal. Mère de 3 enfants, se casse la jambe et contacte Catherine afin d’obtenir de l’aide à la maison. Dès le lendemain, une personne arrivait à la maison pour aider France dans les tâches quotidiennes. C’est ce qui a unit le destin des deux femmes, France, convaincue de la valeur de ce service commence à travailler avec Catherine. C’est la période d’expansion de l’entreprise. Puis se joignent Aïcha Seghiri et Emilie Dumas. D’ailleurs, lors de mon passage Aïcha était absente, elle « testait » un nouvel homme de ménage.

Ce qui émane de ces femmes : rigueur, efficacité, chaleur et la satisfaction de contribuer au bien-être de leurs clients.

Les Génies : On serait fou de s’en passer!

Les Génies-locaux

Investir au Québec sans être résident : quelques conseils

VC-investir au quebecPeut-on acheter une maison au Québec sans être résident permanent? C’est la question que de nombreux Français se posent.

Acheter un condo ou un appartement pour des enfants qui étudient au Québec, investir dans une maison de vacances, ou faire le projet de s’installer définitivement dans la Belle-Province : si les raisons varient, de nombreux Français sont attirés par un marché immobilier québécois, bien plus attractif que le marché français, sans pour autant avoir le statut de Résident Permanent au Canada.

Quelles que soient les raisons qui vous poussent à investir, la réponse rapide est : OUI, c’est possible, mais à certaines conditions!

– Pour commencer, il faut bien faire ses devoirs et S’INFORMER sur les prix du marché; connaître le prix moyen d’un condo à Montréal, d’une maison en banlieue ou en région, afin de ne pas se faire avoir par les prix de vente «attractifs». Le marché québécois est très différent du marché français et le prix d’achat d’un bien au Québec n’a rien à voir avec les prix en France. Sans point de comparaison, il est facile de se tromper, et de dépenser plus qu’il ne le faut, en pensant néanmoins faire une bonne affaire; erreur qui peut avoir de grandes conséquences au moment de la revente!

– Afin de garantir l’investissement financier, il est essentiel d’avoir une mise de fond importante (idéalement 35% du prix d’achat, voire plus). Il est alors possible de faire appel à une institution bancaire au Québec pour prendre une hypothèque (emprunt).

– Pour faire un emprunt au Québec, il faut avoir un bon historique de crédit et ne pas faire l’objet d’un interdit bancaire dans le pays d’origine. La banque fait son enquête sur ce point et demandera des preuves. Bien sûr si vous n’avez pas besoin de faire appel à une institution bancaire au Québec pour l’hypothèque, ce point ne s’applique pas.

– Comme en France, il y a d’autres frais relatifs à l’achat et l’entretien d’un bien tels que les frais de notaire, la taxe de bienvenue, la taxe scolaire, l’inspection, l’assurance etc. qui viennent en sus des 35% de mise de fond, et qu’il faudra penser à intégrer dans votre calcul et dans vos frais.

– Enfin, si jamais le bien acheté devait être revendu, un impôt est prélevé sur la plus-value. La plus-value étant : (coût de vente – coût d’achat) – dépenses d’amélioration

Dans ce contexte, il est essentiel d’être accompagné pour pouvoir investir dans les meilleures conditions. Faire confiance à un professionnel de l’immobilier québécois ne sera donc pas un luxe, mais un vrai atout, et une aide encore plus précieuse pour trouver le bien idéal si vous réalisez une partie des transactions depuis l’étranger.

Le courtier immobilier vous accompagnera non seulement dans vos recherches pour dénicher le logement de vos rêves, mais il saura aussi vous conseiller et vous mettre en contact avec les bonnes personnes (courtiers hypothécaires, notaires, inspecteurs en bâtiment…) tout au long du processus d’achat.

Certaines agences ont dans leurs rangs de nombreux courtiers spécialisés dans les transactions internationales. N’hésitez donc pas à faire appel à leurs services, cela vous simplifiera la vie!

Pour plus d’informations :

Chambre des notaires : www.cnq.org/

Associations des Inspecteurs en bâtiment du Québec : aibq.qc.ca/fra/membres.php

Courtiers hypothécaires : www.hypotheca.ca/

Propriétaires, locataires et courtiers, quels sont vos droits et devoirs lorsqu’une habitation avec logement est mise en vente?

Chronique immobilière – 17-11-2015

Via Capitale du Mont-Royal, agence immobilière sur le Plateau-Mont-Royal

Cette semaine à l’émission Les Oranges Pressées sur CIBL, on explique la délicate situation dans laquelle propriétaires, locataires et courtiers peuvent de retrouver lorsqu’une décision de mettre en vente une maison contenant des logements à louer est prise.  

 

À Montréal, ville de locataires par excellence, la vente d’un immeuble avec des hébergements est courante. Dans une telle transaction impliquant propriétaires, locataires et courtiers, comment faire valoir les droits de chacun ?
En suivant un code déontologique précis, le courtier se doit de traiter équitablement toutes demandes provenant autant des locataires que des propriétaires. Il doit dans un premier temps communiquer avec les occupants du logement et les informer du souhait de vente du propriétaire. Le rôle ultime du courtier est de s’assurer du bon déroulement de cette transaction pour les deux parties. Si les relations entre propriétaire et locataire sont déjà tendues, le courtier se positionne alors comme médiateur et essaye au mieux d’apaiser la situation.

La plus grosse ambiguïté dans ces circonstances est de coordonner les visites dans des logements encore occupés par les locataires qui n’ont pas leur mot à dire sur la vente. Bien que dans la plupart des cas la collaboration soit fructueuse, certains locataires éprouvent une certaine réticence à laisser entrer des inconnus dans ce qui est encore leur chez-soi.

L’intervention du courtier est alors essentielle. Avec le locataire, ils se mettent d’accord sur des droits de visite, moyennant un préavis de 24 heures établi par la loi. Il est du devoir du locataire de se plier face à la décision de vente du propriétaire. Il est aussi de son devoir d’autoriser des visites et de fixer des horaires avec le courtier.

Dans les faits, cette étape se déroule bien. Certains locataires laissent même les clés de leur logement si une visite est programmée alors qu’ils ne seront pas présents. Le souci premier du courtier est alors d’établir une relation de confiance avec le locataire.

Dans un scénario opposé, un locataire peut se considérer comme victime ou ne pas être satisfait de la manière dont les choses se déroulent. Dans le cas présent, c’est son droit de demander recours. Soit directement via le dirigeant de l’agence immobilière, soit via l’Organisme d’Autoréglementation du Courtage Immobilier du Québec (OACIQ).